L’importance vitale des bibliothèques en Afrique

L’Afrique a le pourcentage d’analphabétisme le plus élevé au monde. La fourniture de matériels de lecture variés et stimulants est la meilleure méthode éprouvée pour lutter contre l’analphabétisme, qui est la principale cause de pauvreté.

Éducation des enfants

Dans les écoles africaines, de nombreux enseignants travaillent sans même un seul livre à utiliser comme ressource. Certaines écoles ont des manuels limités disponibles dans les salles de classe à l’usage des élèves. Cependant, afin de développer chez les élèves une habitude de lecture, ce qui est d’une importance vitale pour promouvoir un niveau accru d’alphabétisation, ils doivent avoir accès à un large éventail de matériels de lecture appropriés.

L’action

Educ doit impliquer non seulement de mémoriser des informations, mais aussi d’aider les élèves à développer la capacité d’apprendre de manière autonome tout au long de la vie. Pour cela, il est essentiel de lire une variété de matériaux dès le plus jeune âge. Selon le document d’information de l’UNESCO sur l’éducation pour tous: «Les bibliothèques scolaires donnent accès à des matériels supplémentaires qui complètent et améliorent l’apprentissage fourni par les manuels prescrits.»

Le READ Educational Trust en Afrique du Sud a mené une étude d’impact sur les bibliothèques de classe, où les enfants des classes avec bibliothèques de classe «ont surpassé de 189% leurs homologues des écoles témoins, et ont eu une avance de 18 mois en lecture et de deux ans en écrivant des partitions »(Montagnes, 2001: 28).

Lire pour la vie

Cependant, les bibliothèques ne sont pas seulement vitales pendant l’enfance. Les habitudes de lecture d’un enfant sont directement affectées par les pratiques de lecture de ses parents. Diverses études l’ont démontré, y compris l’étude de 2001 sur les progrès de la maîtrise de la lecture au niveau international (PIRLS). La lecture régulière d’une variété de matériaux est essentielle afin de maintenir les compétences de lecture. Actuellement, cependant, un grand nombre d’adultes africains constatent que leur capacité de lecture se détériore ou qu’ils perdent complètement la capacité de lire, en raison d’un manque de matériel de lecture.

L’UNESCO déclare que «l’objectif de l’éducation pour tous implique également le développement de sociétés alphabétisées dans le monde en développement et ne peut être atteint uniquement en fournissant aux écoles des matériels d’apprentissage de qualité. Si les gens veulent rester alphabétisés, ils doivent avoir accès à une grande variété de documents écrits et continuer à lire dans leur vie d’adulte »(UNESCO: Basique).

Une autre considération culturelle est que les livres et les bibliothèques sont souvent considérés comme redondants dans les sociétés qui sont principalement basées sur les traditions et pratiques orales. Les gens de ces sociétés ont tendance à arrêter de lire une fois l’éducation formelle terminée car «ils tirent plus de plaisir des arts oraux et du spectacle – parler, chanter, 3 danser, socialiser – que de la lecture plutôt privée et individuelle d’un livre. Comme la majorité est analphabète, ils affectent la minorité qui sait lire, si bien que le mode oral reste prédominant »(Tötemeyer, 1994: 413).

Il est clair que le développement des bibliothèques et la fourniture de matériels de lecture variés et pertinents sont essentiels pour mettre fin à l’analphabétisme, éliminer la pauvreté et promouvoir le développement durable en Afrique.

Références

<↑ Faits et citations marqués tirés de: Institut de l’UNESCO pour l’éducation (IUE): Document de référence du Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous «Le rôle des bibliothèques dans la création d’environnements alphabétisés » par Lisa Krolak (2005) – http://www.ifla.org/files/assets/literacy-and-reading/publications/role-of-libraries-in-creation-of- literate-environnements.pdf