INTERVIEW | Ginny Luke discute de sa musique et de sa féminité

“Multi-dimensionnel, sexy et pleine de force, fort et féminin, bruyant et élégant”

La chanteuse, violoniste et chef d’orchestre Ginny Luke a partagé la scène avec des méga-stars comme Britney Spears, Black Eyed Peas, les Foo Fighters, Snoop Dog, le Dave Matthews Band et Stevie Wonder. Elle a joué devant des millions de personnes dans le monde entier.

Le dernier clip de Ginny, intitulé «Love Hypocrisy», met son talent vocal et ses compétences au violon électrique au premier plan alors que les visuels racontent une histoire d’amour, de luxure, de frisson et de calamité. La vidéo, réalisée par Harrison Sanborn, emprunte à la mystique de JFK et Marilyn Monroe, dégageant une énergie érogène vibrante d’effet galvanisant – un hymne éblouissant de l’autonomisation des femmes.

J’ai rencontré Ginny pour savoir comment elle a débuté dans la musique, l’inspiration pour “Love Hypocrisy” et ce qui attend Ginny Luke.

Quelle est votre chanson préférée à écouter dans la voiture ou sous la douche?

«Baby One More Time» de Britney Spears.

Quel est votre artiste musical préféré?

Phantogramme.

Quels artistes écoutez-vous actuellement?

Kimbra, Thundercat, Miguel, Christina Aguilera, K.Flay, Phantogram.

Comment avez-vous commencé la musique? Quelle est la trame de fond?

J’ai commencé le violon et le piano classiques à l’âge de 3 ans à Vilseck, en Allemagne, et j’ai grandi dans une famille de musiciens – ma mère est pianiste et mon père est chef d’orchestre. J’ai étudié la méthode Suzuki, une méthodologie classique, et à 9 ans, j’ai joué des concertos et des pièces lors de concours nationaux. À 14 ans, j’ai fait mes débuts d’orchestre, jouant le Concerto pour violon de Mendelssohn, et à 16 ans, j’ai joué au Carnegie Hall, mais je savais que j’aimais chanter, jouer et danser et j’avais passé un an à Los Angeles, alors je savais que je voulais être un interprète polyvalent, notamment au chant et au violon électrique. Pendant mon enfance, mon père a dirigé le théâtre musical au Grand Opera House, et ma mère était l’assistante directrice et pianiste, j’ai donc joué à partir de 4 ans dans des comédies musicales comme The Sound of Music , Annie , Les Misérables, Oliver et des opéras et opérettes tels que The Magic Flute et The Merry Wives of Windsor .

Quels musiciens / chanteurs vous ont le plus influencé?

Regina Carter (violoniste de jazz), Christina Aguilera et Alicia Keys.

Quelle a été l’inspiration pour “Love Hypocrisy?”

«Love Hypocrisy» est une chanson personnelle et axée sur le pouvoir féminin que j’ai écrite pour moi-même pour traiter mes expériences personnelles de désir amoureux. J’exprime mon désir de parler et de parler avec amour, de me défendre dans les relations. La vidéo est également un symbole de l’exploitation de ma sexualité et de mon pouvoir en tant que femme en développement dans la vingtaine. La plupart de ma vie, on m’a dit ce que je devais penser et ressentir en tant que femme, comment je devais agir, que je devais être calme et poli, adhérer à l’autorité, et cette vidéo est un geste de défi à ces notions, de réclamation de mon pouvoir . La vidéo représente le violon, considéré comme un instrument «silencieux» et «beau», comme un symbole fort et puissant de force. Il représente la féminité à ma manière unique – multidimensionnelle, sexy et pleine de force, forte et féminine, bruyante et élégante.

Que voulez-vous que les gens retiennent de la vidéo?

Je veux que chaque personne qui le voit se sente plus autonome et courageuse après l’avoir vécu. J’écris la musique dont j’ai besoin pour me sentir plus fort. Je veux que les gens entreprennent des actions puissantes et déterminantes pour ce en quoi ils croient. Et je veux élever la voix des femmes.

Vous avez joué avec des méga-stars. Parmi ceux avec qui vous n’avez pas joué, avec qui aimerait jouer?

J’adorerais jouer avec Aerosmith ou Herbie Hancock. J’adorerais me balancer avec Steven Tyler et devenir fou, ou partager un moment transcendant avec Herbie – il est le roi de l’harmonie.

Quel est votre processus d’écriture de chansons? Les paroles d’abord, ou la musique d’abord?

Habituellement, la musique d’abord, si je peux, mais j’écris aussi sur beaucoup de pistes donc j’écris parfois les paroles en premier. Habituellement, mes chansons les plus sincères viennent d’abord avec la mélodie, et s’harmonisent avec la mélodie.

La liste des musiciens sur “Love Hypocrisy” se lit comme un who’s who. At-il été difficile de les intégrer?

J’ai tellement de chance de travailler sur de la musique avec des musiciens qui sont proches de moi dans ma vie – Thai Long Ly et Lucas Sader sont parmi les personnes les plus proches de moi (je pense que les gens qui vous connaissent bien tirent le plus d’honnêteté de you) et Jon Whately et moi avons commencé à faire de la musique ensemble quand j’avais 18 ans – j’ai fait mon premier EP Dark Charade avec lui (je le connais depuis presque 10 ans).

Les autres musiciens du morceau sont des amis qui sont venus et ont ajouté leur élément – Hadrien Feraud (basse), Ruslan Sirota (touches), Gergo Borlai (batterie). Tous les chats incroyables avec lesquels j’ai la chance de travailler.

Pour l’avenir, que se passe-t-il à l’horizon?

Plus de nouvelles musiques et une fois le monde ouvert, définitivement plus de tournées! J’ai hâte que l’industrie de la musique se remette sur pied après 2020.

Suivez le site de Ginny Luke | Facebook | Instagram | Twitter | Spotify